• Salvador Dali (1904-1989) - Un peintre hors du commun


    L'Art et la danse

                                  Terpsichore   (1977)  Salvador Dali

    (Dans sa version de la muse de la danse Dali oppose deux images: la danseuse avec sa forme classique lisse incarne l'harmonie intérieure et l'inconscient, alors que celle aux formes angulaires cubistes représente le rythme chaotique de la vie moderne, deux personnages qui dansent côte à côte en chacun de nous).

     

         "A six ans je voulais être cuisinier, à sept ans Napoléon. Depuis mon ambition n'a cessé de croître comme ma folie des grandeurs" écrivit le Catalan à la célèbre moustache qui naquit à Figueras, petite ville de la province de Gérone. 

        Fils de Salvador Dali, notaire à Figueras, il nait moins d'un an après la mort d'un aîné prénommé lui aussi Salvador, et les parents poussant l'amalgame jusqu'à habiller le cadet des vêtements de son frère, le mettre dans son lit et lui donner ses jouets, feront du disparu un double obsédant qui hantera le peintre tout au long de son existence:

        "Je naquis double. Mon frère, premier essai de moi-même, génie extrême et donc non viable, avait tout de même vécu sept ans avant que les circuits accélérés de son cerveau ne prennent feu".

        Afin de s'affirmer et prouver aux autres qu'il existe vraiment, le jeune Salvador se fera remarquer dès son plus jeune âge par ses idées et ses attitudes excentriques: Malgré son vertige et sa peur du vide, il saute régulièrement du haut d'un escalier de l'école devant ses camarades stupéfaits et admiratifs, à qui il lui arrive parfois d'échanger des pièces de 10 centimes contre des pièces de 5... De caractère fantasque il n'a rien d'un bon élève, et préfère regarder par la fenêtre les cyprès de la campagne environnante qui réapparaitront souvent dans ses peintures tout comme l'Angélus de Millet dont une reproduction était accrochée au mur de la classe (Obsédé par ce tableau il y consacrera même un livre entier, et soutenant que les personnages se recueillaient en fait devant la dépouille de leur enfant il obtint même du Louvre qu'il fasse radiographier la toile... Et, surprise... la radio révéla que sous le panier de pommes de terre, au premier plan, est effectivement masqué le cercueil d'un enfant).

     

    L'Art et la danse

                         Jean-François Millet (1814-1875)   L'Angélus (1858)

     

    L'Art et la danse

                                   Salvador Dali  Réminiscence (1935)

     

        Si ses résultats scolaires ne sont guère brillants, le don de Salvador pour la peinture est par contre évident, et grand admirateur des impressionnistes français, il présente à quatorze ans ses premières oeuvres dans une exposition d'artistes locaux après avoir peint son premier tableau, un paysage, à l'âge de six ans . Lorsqu'il entre aux Beaux Arts de Madrid en 1921, il a découvert le futurisme et par de là le cubisme, et il reproche à ses maitres d'être rétrogrades, ennemis de la jeune peinture et en même temps ignorants des techniques classiques (n'étant pas du genre à s'asseoir et à écouter ce qu'on lui raconte...). Lors d'un certain examen où il tira comme sujet "Raphaël", il se leva et dit à ses examinateurs: "Je vous parlerais bien de Raphaël, mais à quoi bon? Je sais tout et vous ne savez rien... Il est donc préférable que je me retire..." Sur quoi joignant le geste à la parole il s'éclipsa devant ses professeurs indignés qui l'exclurent de l'Ecole pendant un an...

        Il sera même définitivement renvoyé des Beaux Arts en 1926, une semaine avant la remise des diplômes, et c'est en feuilletant des revues l'année suivante qu'il découvre le surréalisme, et trouve enfin son style personnel et sa manière propre qui donnera la priorité à l'obsession subconsciente. 

     

    L'Art et la danse

                                  La Persistance de la Mémoire  (1931)

     

        Une exposition à Barcelone lui a déjà acquis la reconnaissance de ses contemporains, dont Picasso et Miro, sur les conseils de qui il se rend à Paris pour visiter "Versailles et le musée Grévin"... Il y rencontrera également une jeune femme russe, Héléna Diakonova, qui est alors la femme de son ami Paul Eluard, mais qu'il épouse très vite et qui restera pour le reste de sa vie, Gala, son modèle et sa Muse.

     

    L'Art et la danse

                                            Salvator Dali et Gala

     

        Fortement influencé par la psychanalyse de Freud pour laquelle il s'enthousiasme, il élabore sa propre théorie de "l'activité paranoïaque critique", un système délirant pour lequel le ballet, lorsqu'il en aura l'occasion, lui offrira un véritable domaine de prédilection, lui permettant de donner libre cours à toute l'exubérance que ses toiles ne pouvaient contenir. Et, lorsqu'il s'exile volontairement aux Etats Unis afin de fuir la seconde Guerre Mondiale, Dali a déjà acquis renommée, fortune et célébrité.

        C'est à New York (quelques mois après que l'artiste ait jeté un tub plein d'eau sur les badauds par une fenêtre d'un grand magasin dont la direction avait modifié sans l'en avertir sa décoration de la vitrine...) que voit le jour son premier ballet: Bacchanale, dont il écrivit le scénario mettant en scène les visions hallucinatoires du roi fou Louis II de Bavière et le mythe de Léda et du Cygne.

        Composé sur un extrait de l'Acte I de Tannhäuser de Wagner  (La Bacchanale du Venusberg) et chorégraphié par Léonide Massine, celui-ci fut présenté pour la première fois le 9 Novembre 1939 au Metropolitan Opera, interprété par le Ballet Russe de Monte Carlo, et écrire qu'il fit sensation est un pur euphémisme... (Initialement prévue à Londres le 4 Septembre, la Première fut annulée par la déclaration de guerre et les artistes quittèrent en hâte l'Angleterre pour les Etats Unis abandonnant derrière eux les costumes réalisés par Coco Chanel, que la légendaire Barbara Karinska dut refaire en un temps record).

        "Le scandale de la saison ce fut Bacchanale... le décor de Dali était dominé par un cygne gigantesque d'où sortaient par son poitrail les danseurs habillés de costumes extraordinaires... une femme avec une tête de poisson rose, une autre avec une crinoline décorée de fausses dents... Un immense parapluie ambulant représentait le Chevalier de la Mort, et lorsque le roi Louis trépassa toute une armée de parapluie envahit la scène. Les spectateurs puritains rougirent à la vision des grosses langoustes rouges qu'arborait au niveau du sexe un ensemble de danseurs mâles, tandis que Nini Theilade, en Vénus, vêtue d'un simple maillot chair semblait complètement nue". (Jack Anderson - The One and Only: The Ballet Russe de Monte Carlo)

     

    L'Art et la danse

                                         Décor pour Bacchanale

     

        Pour la petite histoire, Dali avait réalisé de sa propre main une partie du décor, lorsque visitant un jour l'atelier où George Dunkel l'exécutait il s'exclama: "Comme ce doit être amusant de peindre avec un pinceau à si long manche!... Je veux essayer..." Il prit le pinceau et travailla plusieurs heures au bout desquelles il apposa sa signature au bas de l'oeuvre.

        Bacchanale resta dans le répertoire du Ballet Russe de 1939 à 1942, après quoi il fut retiré lorsque Massine rejoignit le Ballet Theatre. Mais la collaboration entre les deux artistes n'en resta pas là et deux autres ballets suivirent: Labyrinthe, en 1941, évoquant le thème de Thésée et Ariane sur une musique de Schubert, et Tristan Fou, en 1944, inspiré de l'opéra de Wagner Tristan et Iseult.

     

    L'Art et la danse

                                         Décor pour Labyrinthe

     

        Deux oeuvres pour lesquelles Dali va créer encore une fois des décors gigantesques éblouissants... Dans Labyrinthe les danseurs sortaient du torse d'un homme au crâne fêlé, et dans Tristan Fou le peintre, selon le critique Edwin Denby, "se surpassa": "Pendant une demi-heure défilèrent sur scène une profusion de décors, de costumes et d'effets spéciaux que personne d'autre au monde n'aurait été capable d'imaginer. Le public était médusé par les trois magnifiques têtes de chevaux qui dominaient la scène comme le Mémorial du Mont Rushmore et s'ouvraient à la fin de chaque Acte pour dévoiler un cadavre descendant dans la tombe".

        Ce ballet, dont Dali écrivit également le livret, aurait du être donné à Paris en 1939 (avec des costumes pour lesquels Coco Chanel voulait de l'hermine et des pierres précieuses véritables...) Mais la guerre fit tout annuler encore une fois, et en conséquence Dali utilisa des projets prévus pour Tristan Fou dans son ballet Bacchanale: "Mon Tristan Fou qui devait être mon aventure la plus réussie n'a pas été donné, aussi il est devenu Bacchanale" écrira-t-il plus tard. Et c'est le marquis Georges de Cuevas qui décidera finalement de monter le spectacle à New York en 1944.

     

     L'Art et la danse

                           Projet pour Tristan Fou utilisé pour Bacchanale

     

         Dali collaborera également avec Antony Tudor (Roméo et Juliette 1943),  la Argentinita ( Café de Chinitas 1944) et George Balanchine pour Colloque Sentimental (1944) où des squelettes barbus roulaient à vélo devant une sorte de grille, et un jet d'eau surgissait d'un piano...

        Avant de quitter le pays qui l'accueillit pendant huit années, Dali eut encore l'occasion d'assister à un spectacle que donnait la danseuse-chorégraphe espagnole, Ana Maria, au Carnegie Hall et le peintre fut tellement impressionné qu'il souhaita la rencontrer et lui proposa de monter ensemble Le Tricorne (déjà mis en scène à Londres en 1919 par les Ballets Russes de Diaghilev avec des décors de Picasso).

        Pour les critiques qui assistèrent à la Première, le travail de Dali était "étonnamment conservateur", car pour une fois le rideau de scène était presque conventionnel, représentant un paysage que le New York Herald Tribune qualifia même de "ravissant"... En effet pas d'arbres en sang ni de montres en déliquescence... Mais une maison andalouse blanchie à la chaux, avec sa porte rouge et ses volets biscornus, devant un paysage ocré... Des sacs de grains, légers comme des bulles flottaient au dessus d'un énorme puits, l'effet était drôle et évoquait les ballets andalous et les chaudes plaines poussiéreuses.

        Avec son ciel bleu, ses maisons blanches et ses costumes XVIIIème siècle inspirés par Goya, Dali, sans l'avoir imité rejoint ici Picasso "le seul Parisien qui a de l'importance à mes yeux" disait-il, et le seul qu'il reconnaissait parmi ses pairs; et le retour au pays natal inaugurera pour le Catalan ce qu'il appela par la suite sa "période classique" que les décors du Tricorne avaient de toute évidence annoncée.

        Sa contribution au ballet se poursuivit en Europe en compagnie de Maurice Béjart avec qui il participa en 1961, à la Fenice de Venise, à la création de l'opéra-bouffe La Dame Espagnole et le Cavalier Romain sur une musique de Scarlatti; et ils créeront ensuite ensemble Le Ballet de Gala, dédié à l'épouse du peintre, pour lequel ce dernier écrivit encore une fois le livret et dessina décors et costumes: Un rideau de scène particulièrement impressionnant formé de motos suspendues les unes aux autres crachant du feu, accompagné d'une représentation du "Boeuf écorché" de Rembrandt pour laquelle était utilisée un véritable quartier de boeuf qui, comme chacun s'en doute, devait être remplacé à chaque représentation... L'accueil du public fut cette fois assez mitigé... et Le Ballet de Gala mettra un point final aux visions chorégraphiques de Dali.

     

    L'Art et la danse

                               Le Boeuf écorché   Rembrandt (1606-1669)    

     

        Si certains critiques déplorèrent que l'artiste n'ait jamais trouvé de collaborateurs "à sa hauteur" capables de lui laisser rendre dans son intégralité sa vision poétique, il faut remarquer que ses idées semblaient souvent difficiles à matérialiser, et que si ses ordres n'étaient pas exécutés exactement dans la réalisation du décor et la mise en scène, c'est le plus souvent qu'elles étaient beaucoup trop chères où n'étaient pas conformes aux consignes de sécurité des théâtres.

        Les neuf ballets de Dali qui ont à la fois ébloui, stupéfié, choqué et scandalisé ne représentent qu'une infime partie d'une oeuvre gigantesque, ponctuée d'influences diverses et que l'artiste construisit finalement sans notion aucune de fidélité à qui que ce soit d'autre que lui-même. Dans son Journal d'un Génie, au titre éloquent, il écrit:

        "Les événements les plus importants qui puissent arriver à un peintre contemporain sont au nombre de deux: 1° Etre espagnol 2° S'appeler Salvador Dali. Ces deux choses me sont arrivées à moi. Comme mon propre nom "Salvador" l'indique je suis destiné à rien moins que sauver la peinture moderne de la paresse et du chaos".


        Nullement académique Dali participa à des campagnes publicitaires pour l'eau Perrier ou le chocolat Lanvin restées encore dans les mémoires:

     

     

        Mais le personnage turbulent a parfois fait oublier l'important travail du peintre, méticuleux, acharné, concevant ses toiles avec un soin qu'il voulait proche de ses maitres classiques Raphaël ou Vermeer et son oeuvre en fait l'un des maitres du surréalisme.

     

    L'Art et la danse

    "C'est peut-être avec Dali que pour la première fois les fenêtres de l'esprit se sont grandes ouvertes"     Paul Eluard

     

        Fantasque, excentrique, artiste à l'ego surdimensionné, mais au talent fou, tous les superlatifs ne semblent pas de trop pour le décrire... Peintre, sculpteur, photographe, scénariste, Dali a également travaillé pour le théâtre, la mode, la presse, s'est intéressé à la science et s'est passionné pour l'or et les bijoux. Et le 28 Septembre 1974, le célèbre dandy (il a réussi à se faire élire Homme le plus élégant de France) inaugure à Figuéras son propre musée où, lorsqu'il décède le 23 Janvier 1989, il sera inhumé selon sa volonté dans la crypte sous une simple dalle...

     

    L'Art et la danse

     

                     "Ne crains pas la perfection tu ne l'atteindras jamais".

                                                           Salvador Dali

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    3
    paquerette
    Mardi 13 Septembre 2016 à 20:02

    Tous les tableaux de la vidéo Youtube ne sont pas de Dali mais de Vladimir Kush. Rendez à César ce qui est à César et ne confondez pas le génie de Kush avec celui de Dali.

    2
    MurielM
    Lundi 21 Mars 2016 à 21:03

    Bonjour, je tiens à vous dire que l'oeuvre du bateau avec les papillons n'est pas de Salvador Dali mais de Vladimir Kush !!! :)

    1
    Auboise
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 18:33

    Excellent site. Quel geni! Je ne connaissais que la moitié de ces splendeurs!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :