• Roméo et Juliette ou l'amour fou

     

    L'Art et la danse

                       Romeo and Juliet     Sir Franck Bernard Dicksee (1853-1929)                          


               "O Romeo, Romeo! wherefore art thou Romeo?
                Deny thy father and refuse thy name;
                Or, if thou wilt not, be but sworn my love,
                And I'll no longer be a Capulet"
                          William Shakespeare - Romeo and Juliet  II,2

     

     

               "O Roméo, Roméo! pourquoi es tu Roméo?
                Renie ton père et abdique ton nom;
                Ou si tu ne le veux pas, jure de m'aimer,
                Et je ne serai plus une Capulet"...

        C'est sans doute par le choix de l'écriture théâtrale et la concision de l'intrigue que la postérité a seulement retenu de l'histoire mythique de Roméo et Juliette l'oeuvre de Shakespeare écrite en 1595. Car la pièce s'inscrit en fait dans une longue lignée de semblables histoires d'amour tragiques remontant à l'Antiquité, comme le mythe de Pyrame et Thisbée relaté dans Les Métamorphoses d'Ovide.

        Les noms des familles rivales apparaissent au XIVème siècle dans La Divine Comédie de Dante:

            "Viens voir les Capulet avec les Montaigu
             Viens voir les Monadique et les Filipachi
             Les uns vêtus de deuil, les autres dans l'angoisse"
                                            Le Purgatoire  chant VI 

        et en 1554 Matteo Bondello publie dans un volume de "Novelle" sa version de Giuletta et Romeo. Le public de l'époque est alors très friand de ces contes italiens et l'histoire de Bondello sera traduite en français en 1559 par Pierre Boaistuau, puis fidèlement retranscrite en anglais par Arthur Brooke dans son poème narratif The Tragical History of Romeus and Juliet (1562). Un récit en prose en sera ensuite proposé un peu plus tard par William Painter dans Palace of Pleasure (1582), et lorsqu'il décide d'adapter pour le théâtre l'histoire des jeunes gens au funeste destin, William Shakespeare va puiser à la fois dans l'oeuvre de Painter et dans la poème de Brooke qu'il suit fidèlement, pour écrire sans doute sa tragédie la plus bouleversante.

     

    L'Art et la danse

      
        C'est à l'époque romantique, où le théâtre du poète anglais fascine tous les artistes, peintres, hommes de lettres et compositeurs, que Berlioz, Mendelssohn, Gounod et Tchaïkovski vont adapter le drame de Roméo et Juliette en opéras, musique de scène ou poèmes symphoniques

     

    L'Art et la danse

    Roméo et Juliette   Delacroix (1798-1863)

     


        Mais le ballet qui explore à l'époque l'univers surnaturel des Sylphides et autres Willis restera insensible devant le sort des amants de Vérone et il faudra attendre le XXème siècle et une commande du Kirov faite en 1934 à Sergueï Prokofiev (1891-1953) pour que Roméo et Juliette apparaisse enfin dans le répertoire chorégraphique.

        Une naissance qui ne se fit d'ailleurs pas sans de nombreuses difficultés car dès le départ, lorsque le compositeur présenta le thème, sur un livret du dramaturge Adrian Piotrovsky (qui lui avait suggéré le sujet), il se vit opposer un refus catégorique de la part de la direction du théâtre, le régime soviétique voyant là le symbole d'une jeunesse avide de liberté et de nouveauté cherchant à se débarasser des conventions bourgeoises. (Après deux articles de La Pravda critiquant Chostakovitch et d'autres "modernistes dégénérés" dont Piotrovsky, la prudence s'était accrue dans les milieux du spectacle...)

        Prokofiev signa alors un contrat avec le Bolchoï et, la partition achevée, ce furent les danseurs cette fois qui refusèrent de l'interpréter, déclarant qu'elle n'était pas dansable à cause de son rythme complexe et de certains passages totalement inaudibles...
        Le compositeur retravailla alors son ballet en 1936 et en tira deux Suites d'Orchestre qui, fait inhabituel et pratiquement sans précédent, s'imposèrent dans le répertoire à Moscou et aux Etats Unis avant même que le ballet proprement dit n'ait été donné...
        Roméo et Juliette fut ensuite exécuté dans son intégralité le 30 Décembre 1938 à Brno (Tchécoslovaquie), et bien qu'il fallut attendre le 11 Janvier 1940 pour que le ballet soit monté par le Kirov, Prokofiev était entré en contact avec le chorégraphe Léonid Lavrovski (1905-1967) dès l'automne de cette même année.

        La collaboration entre les deux hommes s'avéra d'emblée très difficile, Lavrovski imposant immédiatement à Prokofiev différents changements "rendus nécessaires par des considérations dramatiques" que celui-ci exécuta, selon ses propres dires, "avec grandes difficultés et très à contrecoeur"...  alors qu'il n'avait jamais refusé d'envisager quelques aménagements dans ses partitions à l'époque où il travaillait avec Diaghilev, ce dernier l'ayant toujours consulté et n'ayant jamais altéré sa musique sans sa permission... Tandis que Lavrovski procéda de son chef à force ajouts et coupures, insistant même pour introduire une danse supplémentaire dans la première scène et insérant au comble du déplaisir du compositeur le Scherzo de sa Sonate N°2 pour piano... Prokofiev ayant eu beau faire remarquer en vain que l'oeuvre témoignait d'une structure musicale et dramatique particulièrement bien pensée et n'avait rien d'une suite de danses interchangeables à la manière de Minkus...
        A cela s'ajoutèrent encore les relations initialement houleuses  du compositeur avec sa Juliette, la célèbre Galina Oulanova (dont le nom serait bientôt synonyme du rôle), cependant en dépit de toutes les tensions  qui émaillèrent les répétitions, le ballet fut un succès total, un triomphe qui ne fut pas démenti lors de la reprise de la production par la Compagnie au Bolchoï.

     

    L'Art et la danse

    Galina Oulanova et les danseurs du Bolchoï après une représentation de Roméo et Juliette de Leonid Lavrovski en 1956

     

        La partition fleuve de Prokofiev, (Op. 64), représente près de trois heures de musique, c'est la raison pour laquelle on en donne souvent des versions condensées, mais le strict découpage du ballet qui peut parfois poser des problèmes aux chorégraphes respecte cependant toujours la trame dramatique de l'oeuvre:

        Le rideau se lève sur la ville de Vérone ensanglantée par la rivalité ancestrale qui oppose les Capulet aux Montaigu, au grand dam du Prince Escalus, tandis que Roméo, héritier des Montaigu, se lamente après avoir vu ses avances repoussées par Rosaline dont il est fou amoureux.
        Pour le dérider ses amis Mercutio et Benvolio le persuadent de s'inviter incognito à la fête que les Capulet donnent en l'honneur de leur fille Juliette à qui mère et nourrice réunies présentent ce bal comme l'occasion de rencontrer un possible futur époux (en l'occurrence le comte Paris, que l'on projette de lui faire épouser).
        Au cours de la soirée, parmi les nombreux invités Roméo est reconnu par Tybalt, le cousin de Juliette. Mais le chef de la Maison Capulet afin d'éviter un scandale dans sa maison impose son autorité et rétablit le calme.
       La fête se poursuit sans autre incident et lorsqu'il rencontre Juliette, quelques instants plus tard, Roméo est immédiatement séduit par sa beauté et ne lui cache pas ses sentiments qui s'avèrent partagés, mais hélas les jeunes gens découvrent bientôt avec horreur qu'ils appartiennent aux deux familles rivales...

        Les derniers invités partis, Roméo réussit à retrouver sa bien-aimée dans le jardin des Capulet où les amoureux accablés par la fatalité se jurent un amour éternel. Après quoi, désemparé, le jeune homme va alors se confier au Frère Laurent qui voit dans un mariage l'espoir de réconcilier les Capulet et les Montaigu... Fort de ce conseil, Roméo fixe alors à Juliette par l'intermédiaire de Mercutio et de la nourrice, un rendez vous chez le saint homme qui célébrera leur union, et où elle se rend sous le prétexte de se confesser.

        La cérémonie à peine terminée Roméo, désormais époux de Juliette, ignore Tybalt qu'il rencontre sur son chemin et qui le provoque en l'insultant. Mais en se battant à sa place pour laver l'offense, son ami Mercutio reçoit un coup fatal, et dans un éclair de vengeance Roméo tue alors Tybalt.

        Juliette partagée entre l'amour pour son mari et celui pour son cousin finit par pardonner son geste à Roméo, mais le prince Escalus excédé décide de bannir ce dernier et ordonne son exil à Mantoue.

     

    L'Art et la danse

    Roméo et Juliette   La Séparation  Francesco Hayez (1791-1882)

     


        Avec la complicité de la nourrice, Juliette réussit à rencontrer Roméo avant son départ, tandis que ses parents lui annoncent qu'ils ont décidé de hâter son union avec le Comte Paris. Ne sachant que faire elle va alors faire part de son désespoir au Frère Laurent.
        Ce dernier lui propose de prendre un breuvage qui lui donnera l'apparence de la mort pendant 40 heures, elle sera ensuite déposée dans le caveau des Capulet d'où Roméo, prévenu par un messager qu'il lui enverra, l'en fera sortir, et tous deux pourront s'enfuir et vivre enfin heureux.

        Au matin tous se lamentent lorsque la nourrice découvre le corps inanimé de Juliette dont les obsèques se déroulent comme prévu, mais une épidémie de peste a empêché le messager du Frère Laurent d'atteindre Roméo à qui seule est parvenue la nouvelle de la mort de Juliette, et anéanti par le chagrin celui-ci revient à Vérone, résolu à mourir sur la tombe de sa jeune épouse. Il croise en chemin le comte Paris qui le provoque en duel et qu'il tue, et une fois dans la crypte, fait ses adieux à sa bien-aimée et boit une coupe de poison.
        Le Frère Laurent arrivé sur les lieux découvre alors avec horreur son corps sans vie, et lorsque soudain Juliette se réveille, comprenant que Roméo est mort, elle lui donne un dernier baiser et se saisissant de sa dague la plante dans sa poitrine et meurt à ses côtés.

     

               "A glooming peace this morning with it brings
                The sun for sorrow will not show its head:
                Go hence, to have more talk of these sad things;
                Some shall be pardon'd and some punish'd:
                For never was a story of more woe
                Than this of Juliet and her Romeo."
                                    Romeo and Juliet  V,3

     

    L'Art et la danse

    Roméo et Juliette    Théodore Chassériau (1819-1856)    

                            

               "Cette matinée apporte avec elle une paix sinistre
                Le soleil se voile la face de douleur:
                Partons pour causer encore de ces tristes choses;
                Certaines seront pardonnées et d'autres punies:
                Car jamais histoire ne fut plus douloureuse
                Que celle de Juliette et de son Roméo." 
                                    Roméo et Juliette  V,3 

     

     

        Roméo et Juliette représente l'un des points culminants de l'oeuvre de Prokofiev, et si son éblouissante musique qui fait danser l'amour avec la mort a inspiré par la suite tant de chorégraphes c'est parce qu'elle exprime des sentiments universels et éternels et représente de façon directe le drame, tout en traduisant la vérité psychologique de personnages profondément émouvants.
        Bien que de nombreuses scènes des 5 actes de la pièce de Shakespeare aient été supprimées, et que d'autres au contraire aient été inventées afin d'ajouter des morceaux chorégraphiques (danse des jeunes filles aux lys, danse aux mandolines etc...), par l'heureux mélange de liesse carnavalesque et de coloris italiens, le compositeur a su restituer la poésie du modèle dans toute sa profondeur.

     

    L'Art et la danse

    Romeo and Juliet   Ford Madox Brown (1821-1893)

     

     

        Après la chorégraphies de Lavrovski, d'innombrables chorégraphes classiques s'empareront de la musique de Prokofiev, parmi lesquels Frederick Ashton et Serge Lifar (1955), mais aussi John Cranko (1958), John Neumeier (1974) Hans Spoerli (1977) ou encore Iouri Grigorovich (1978). 
        Comme pour Cendrillon, aucune version de Roméo et Juliette ne sert de référence, cependant parmi les oeuvres proposant une expression chorégraphique durable du mythe des amants de Vérone figure un grand classique créé en 1965 par Kenneth Mc. Millan pour le Royal Ballet lorsque l'Union Soviétique refusa que la production de Lavrovski vienne en tournée à Londres.
        Le chorégraphe avait au départ conçu son ballet pour sa danseuse préférée, Lynn Seymour, avec pour partenaire Christopher Gable et ne cacha pas sa déception lorsque la direction de Covent Garden dans un souci de notoriété imposa le couple Fonteyn/Noureev... A l'issue du spectacle ces derniers furent salués par 40 minutes d'ovations, et c'est à cette occasion que, blessé et dansant avec une jambe bandée, Rudolf Noureev s'attira cette remarque d'un journaliste du Times:
        "Même avec une seule jambe monsieur Rudolf Noureev danse encore mieux qu'un autre avec deux". 

     

             Roméo et Juliette - Acte II. Chorégraphie de Kenneth Mc Millan interprétée par Margot Fonteyn et Rudolph Nureev 


        Quelques dix ans plus tard le même Noureev crée en 1977 sa propre vision de l'oeuvre au Coliseum de Londres pour le London Festival Ballet, un ballet très fidèle au texte de Shakespeare, image colorée de la Renaissance italienne, une époque sensuelle, brutale et à la fois rafinée où la vie et la mort sont l'affaire d'un instant (C'est cette production remaniée par le chorégraphe, alors directeur de la danse à l'Opéra de Paris, qui est entrée au Répertoire du Palais Garnier en 1984, interprétée par Monique Loudières et Patrick Dupont).

     

    Roméo et Juliette  Acte I  Chorégraphie de Rudolf Nureev interprétée par Monique Loudières et Manuel Legris avec le Corps de Ballet de l'Opéra de Paris.
     


        A la fin de sa vie, déjà très marqué par la maladie, Rudolf Noureev dirigea lui-même la partition de Prokofiev à la tête de l'Orchestre du Metropolitan Opera lors d'une représentation historique de Roméo et Juliette au Lincoln Center le 6 Mai 1992 à New York, avec Sylvie Guillem et Laurent Hilaire dans les rôles titre. Ce fut son avant dernière prestation en public, et après son décès le ballet entra au répertoire de l'Opéra Bastille en 1995.

        L'intensité de l'aventure des amants les plus célèbres de la littérature mondiale revêt un caractère irrémédiablement intemporel et ne cesse d'inspirer d'innombrables relectures aux chorégraphes contemporains tels Angelin Preljocaj ou encore Maurice Béjart et Jean Christophe Maillot qui ont choisi tous deux la musique de Berlioz.
     

     

    Roméo et Juliette  chorégraphie d'Angelin Preljocaj interprétée par Pascale Doye et Nicolas Dufloux et le Ballet de Lyon.
     


        Parmi ces nombreuses productions il ne faut pas oublier non plus le chef d'oeuvre que proposent la comédie musicale (1957) et le cinéma (1961) avec le magistral West Side Story de Leonard Bernstein chorégraphié par Jerome Robbins. En 1938 George Balanchine avait quand à lui fait évoluer pour le grand écran les Capulets en claquettes et les Montaigu sur pointes dans The Golwin Follies...
         Un sujet qui n'a certainement pas encore fini d'être exploré car un geste aussi absolu et définitif que de préférer mourir ensemble que de vivre séparés restera à jamais le plus fou des mystères.

     

     

    L'Art et la danse

                                 William Shakespeare (1564-1616)
                                           Portrait "Cobbe" dévoilé en Mars 2009 

    "He  was not of an age, but of all time."
    Ben Jonson (1572-1637)

     

     



    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :