• Roland Petit (1924-2011) - Chorégraphe de la modernité

     

    Roland Petit (1924-2011) - De Paillettes et d'Amour...


     

         "Un jour dans un studio j'ai vu une pétasse avec un gros derrière et des jambes courtes, le cinéma fait vraiment des miracles!.." C'est ainsi que Roland Petit, redonnant à Hollywood sa dimension humaine racontait sa première rencontre avec Marilyn Monroe...

        Ce personnage flamboyant à l'humour ravageur et aux déclarations lapidaires naquit à Villemomble le 13 Janvier 1924, fils d'Edmond Petit, restaurateur aux Halles et de Rose Repetto chef-costumière à l'Opéra de Paris. Avec une détermination à toute épreuve, le jeune Roland tiendra tête à son père qui ne voit pas d'un très bon oeil sa passion pour la danse et il lui déclarera du haut de ses 9 ans:
        "Je serai danseur ou alors je m'enfuis de la maison!"

        Admis en 1933 à l'école de danse de l'Opéra où il devient l'élève de Serge Lifar, il est engagé dans le corps de ballet en 1940 et nommé sujet trois ans plus tard. Mais cet esprit libre ne se laissera jamais enliser par les institutions et désertera le vénérable établissement alors qu'il a tout juste 20 ans:
        "Je voulais découvrir, apprendre, voyager. C'est pourquoi j'ai quitté l'Opéra de Paris" expliquera-t-il lui-même.

        Ses goûts l'amènent alors à se concentrer sur la chorégraphie et il présente un temps ses première oeuvres au théâtre Sarah Bernardht lors des Soirées de la Danse, mais il est bientôt en mesure, grâce à l'aide financière de son père, de fonder les Ballets des Champs Elysée et la véritable aventure commence lorsque, avec la collaboration du décorateur Christian Bérard et du librettiste Boris Kochno, il crée Les Forains (1945) mis en musique par Henri Sauguet:
        "Nous l'avons monté en 13 jours, et le pas de deux d'origine s'est transformé en un vrai ballet qui marque, je crois, le début de ma carrière de chorégraphe" reconnaitra plus tard Roland Petit.

     


    Les Forains (extraits)    Chorégraphie de Roland Petit   Musique d'Henri Sauguet 
    Interprété par le Dutch National Ballet.

     

         Suivra un second ballet à succès Le Rendez-vous, sur un livret de Jacques Prévert et une partition de Joseph Kosma (que reprendra Yves Montand dans sa chanson Les Feuilles Mortes), puis ce sera en 1946 Le Jeune Homme et la Mort (considéré encore aujourd'hui comme son chef d'oeuvre) dont le livret sera cette fois signé par Jean Cocteau, affirmant d'emblée une conception théâtrale du ballet qui ne le quittera pas.

     

    Roland Petit (1924-2011) - Chorégraphe de la modernité

    Affiche de Christian Bérard pour Les Ballets des Champs-Elysées



        (C'est à cette époque que la mère de Roland Petit va concevoir à sa demande ses fameux chaussons inspirés des chaussons de pointes et de leur montage exclusif, le cousu-retourné, et le minuscule atelier deviendra avec le temps la célèbre boutique de la Rue de la Paix).

     

    Roland Petit (1924-2011) - De paillettes et d'Amour...

     

         Allant chaque fois là où le mène son inspiration, le chorégraphe quittera les Ballets des Champs Elysées en 1948 pour former le Ballet de Paris Roland Petit que viendra rejoindre l'une de ses anciennes compagnes de l'Opéra, Renée Jeanmaire. Les danseurs se produisent cette fois sur la scène du théâtre Marigny où sera créé entre autres Les Demoiselles de la Nuit pour Margot Fonteyn: Désormais cet artiste intrépide est "lancé", il ne craint rien, et rien ni personne ne lui résiste.

        Au générique de ses oeuvres figure un nombre impressionant de signatures car il rassemblera autour de lui tout au long de sa carrière les plus brillants talents de Paris, écrivains célèbres ou grands couturiers, et ses productions seront décorées par les maitres de l'époque, Picasso, Marie Laurencin, Georges Wakhevitch, Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle, Bernard Buffet, tandis que des compositeurs comme Olivier Messian, Henri Dutilleux, Maurice Jarre ou Marcel Landowski lui écriront des partitions.

        1949 voit la création de Carmen au Princess Theatre de Londres, que Roland Petit interprète avec Renée Jeanmaire (baptisée Zizi dans le rôle titre, un prénom qui va lui rester ainsi que la coupe de cheveux imposée par le rôle), puis il va créer Balabile l'année suivante pour le Royal Ballet.

     


    Carmen  Musique de Georges Bizet  Chorégraphie de Roland Petit  Interprété par Tamara Rojo et Lienz Chang

     

        Ce sera alors le début d'une véritable carrière internationale: Les Ballets de Paris sont engagés à New-York où ils resteront 7 mois sur Broadway (une performance encore jamais réalisée par aucune troupe de danse classique) et de retour à Paris en 1950  leur directeur, après avoir créé La Croqueuse de diamant, remmènera ses danseurs pour une autre grande tournée américaine à l'issue de laquelle c'est Hollywood cette fois qui fera appel à lui et l'invitera pendant les quatre années suivantes:
        Il va chorégraphier les séquences de plusieurs films musicaux, Hans Christian Andersen et la Danseuse (1952) avec Zizi Jeanmaire, Daddy Long Legs (1955) avec Leslie Caron et Fred Astaire, ou encore Anything Goes (1956) avec Bing Crosby et Zizi Jeanmaire qu'il a épousée en 1954:
        "Un "deal" avec Terpsichore" s'amusait-il à dire... En fait une extraordinaire histoire d'amour.
        "Tout ce que j'ai fait c'est par lui et pour lui, pour moi aussi, mais lui ou moi c'est pareil" dira Zizi. Ce à quoi son compagnon répondra par cette phrase:
        "Zizi et moi c'est pour toujours et au de là... Celui qui restera après la mort de l'un de nous deux devra être exceptionellement courageux car il aura perdu son autre lui-même".


             Roland Petit ne se formalisait pas de ces distinctions absurdes entre genres soi disant mineurs ou majeurs et jongla toute sa vie avec la danse classique et le music-hall apportant une théâtralité nouvelle au ballet et modernisant le cabaret avec sa fantaisie. A son retour des Etats-Unis il adapta la comédie musicale américaine au goût français et galvanisé par sa muse monta La Revue des Ballets de Paris:

        "Zizi est une locomotive à laquelle j'accroche tous mes ballets" disait-il, et en 1961 Zizi Jeanmaire habillée par Yves Saint Laurent remplira la salle de l'Alhambra avec "Mon truc en plume"...


    Roland Petit (1924-2011) - De Paillettes et d'Amour...



        C'est alors qu'après avoir sillonné le monde avec les Ballets de Paris, Roland Petit est invité en 1965 par George Auric, à revenir à l'Opéra de Paris vingt ans après l'avoir quitté. Il va y créer Adages et Variations et Notre Dame de Paris et réalise à la même époque des chorégraphies pour Rudolf Noureev au Royal Ballet (avec Margot Fonteyn) et à la Scala de Milan (avec Luciana Savignano). Puis, s'étant laissé tenter un instant d'accepter en 1970 la direction de la Danse, l'expérience sera de courte durée car il démissionne au boût de six mois qui ne lui laissèrent pas d'excellents souvenirs si l'on en juge par ces propos:

        "Je n'ai que des grands souvenirs à l'Opéra, à l'exception des six mois où j'ai été nommé à la direction du ballet et qui furent infernaux".


    Roland Petit (1924-2011) - De Paillettes et d'Amour...


        Une fois encore Roland Petit ira là où l'entraine son envie et il rachète la même année le Casino de Paris où il montera deux grands spectacles: La Revue, puis Zizi je t'aime, nouveau témoignage d'amour à son épouse qui y remporte un immense succès, mais les lourdes charges fiscales les contraindront malheureusement à abandonner l'entreprise en 1976.

     

    Roland Petit (1924-2011) - De Paillettes et d'Amour...

     

          Cependant le chorégraphe qui a été contacté entre temps en 1972 par le maire de Marseille, Gaston Deferre, qui souhaite dynamiser la compagnie de l'Opéra Municipal, va pouvoir accomplir son rêve d'indépendance et de modernité en créant les Ballets de Marseille qui deviendront en 1981 le Ballet National de Marseille, travaillant en étroite collaboration avec le peintre Jean Carzou (1907-2000) mais également d'autres artistes dont Max Ernst 1891-1976). Il va également se partager entre l'Opéra de Paris, l'American Ballet Theatre, l'Opéra de Berlin, la Scala de Milan ainsi que le music-hall pour Zizi,  et le théâtre, puis obtiendra en 1992 la fondation de l'Ecole Nationale supérieure de Danse de Marseille Roland Petit, et après avoir parcouru le monde avec sa compagnie pendant 26 ans, la quittera en 1998 à l'issue des représentations de sa dernière création Le Lac des Cygnes et ses Maléfices (qui a peut-être inspiré le film Black Swan).

        Une oeuvre qui fut précédée par un très grand nombre d'autres ballets que ce chorégraphe de la modernité composa pour l'Opéra de Marseille, tous accueillis avec le même succès, et dont font partie  Pink Floyd Ballet (1972), Les Intermitences du Coeur (1974), L'Arlésienne (1974), le Chat Botté (1986) avec Patrick Dupont au sommet de sa gloire, Blue Angel (1985) et Ma Pavlova (1986) pour Dominique Khalfouni qui fut reine de la compagnie tandis que des danseuses comme Alessandra Ferri ou Carla Fracci furent très souvent invitées dans la cité phocéenne.

     


    Pink Floyd Ballet  Chorégraphie de Roland Petit 
    Interprété par les Ballets de Marseille

     

         Roland Petit travailla tout au long de sa carrière avec les plus grands danseurs, de Jean Babilée qui créa le rôle du Jeune Homme et la Mort à Nicolas Le Riche qui fut l'étoile de Clavigo, en passant par Mikhaïl Baryshnikov, Rudolf Noureev, Fred Astaire pour ne citer que ces quelques noms auxquels s'ajouèrent entre autres Natalia Makarova, Margot Fonteyn ou encore Maïa Plissetskaïa pour qui il chorégraphia sur une partition de Gustave Malher l'un des ses chefs d'oeuvre La Rose Malade (1973) malheureusement très peu vu en France.

     

    Le Jeune Homme et la Mort  Chorégraphie de Roland Petit  Musique de J.S.Bach
    Interprété par Rudolf Noureev et Zizi Jeanmaire 

     

         Mais le ballet de l'Opéra de Paris où il était très aimé resta près de son coeur, et la vingtaine de ses ballets qui figure aujourd'hui au répertoire témoigne de l'importance de ces liens, de Notre-Dame de Paris le premier à y être inscrit en 1965 à Clavigo (1999), le dernier, en passant par Turangalila (1968), Schéhérazade (1974), Rythmes de Valse (1974), La Symphonie Fantastique (1975), Nana (1976), Le Fantôme de l'Opéra (1980) etc...

     

    Notre Dame de Paris   Chorégraphie de Roland Petit   Musique de Maurice Jarre  Costumes d'Yves Saint Laurent   Décor de René Allo
    Interprété par Isabelle Guérin (Esmeralda), Nicolas Le Riche (Quasimodo), Laurent Hilaire (Frolo), Manuel Legris (Phoebus) et le corps de ballet de l'Opéra de Paris 

     

          Etabli à Genève en 1998, Roland Petit parcourt alors l'Europe pour mettre en scène ses ballets pour les grandes compagnies internationales, affichant toujours le même dédain pour la critique:

        "Les critiques de danse" disait-il avec un haussement d'épaule, "peuvent penser ce qu'ils veulent... Un bon article dépend trop souvent de leur humeur, s'ils ont bien diné ou s'ils ont faim, s'ils sont sortis la veille et ont encore mal aux cheveux, s'ils se sont disputés avec leur mari ou leur femme avant de venir au spectacle, ou s'ils ont hâte que mon ballet se finisse pour aller faire pipi..."
        Et en 2004, le chorégraphe célébre en même temps que ses 50 ans de mariage, ses 60 années de création au cours d'une soirée au théâtre Jean Vilar de Suresne, avec Les Chemins de la Création, évoquant ses innombrables rencontres avec tous les plus grands danseurs du siècle et illustrant sa carrière à travers le ballet, le music-hall et le cinéma, des domaines qu'il aborda avec le même bonheur car son originalité aura été de réussir dans les deux mondes tout aussi exigeants de la danse classique et des revues, et de conquérir à la fois Paris et Broadway. 

     

    Roland Petit (1924-2011) - De paillettes et d'Amour...

     

         Son humour, son goût immodéré pour la scène et ses choix toujours portés par le désir de faire le spectacle ont fait de Roland Petit une figure à part entière du monde de la danse, à la fois repectée et adulée. 
         A 87 ans cet "éternel jeune homme" que l'âge semblait avoir épargné avait encore la tête pleine de projets, mais il sera emporté en peu de temps par une leucémie foudroyante et décède à Genève le 10 Juillet 2011.

        Charles Trenet lui avait dit à ses débuts en plaisantant: 
                            "Fais quelque chose pour que "Petit" devienne grand!..."
     


             Gagné!....  Cet artiste ardent et exigeant, novateur sans jamais être provocateur a largement rempli le contrat... 

     

     

    Roland Petit (1924-2011) - Chorégraphe de la modernité

    (Roland Petit repose à Paris au cimetière Montparnasse)


    "Le travail avec un peu de chance et d'imagination vous apporte le bonheur"
                                                                                               Roland Petit
                                                                    

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :