• Marguerite et Armand - L'histoire vraie d'Alphonsine Plessis

     

    Marguerite et Armand - L'histoire vraie d'Alphonsine Plessis

     

        "Il n'y a pas d'honnêtes femmes alors? Si, plus qu'on ne le croit, mais pas du tout autant qu'on ne le dit"
                        Alexandre Dumas fils 

     

        Lorsque Alphonsine Rose Plessis naquit le 15 Janvier 1824 dans le petit village normand de Nonnant, personne n'aurait pu imaginer qu'elle deviendrait alors l'une des femmes peut-être les plus célèbres de France...
         Fille de Martin Plessis, ivrogne notoire, elle fut contrainte une nuit de se réfugier avec sa mère et sa soeur ainée Delphine chez une tante, alors que ce dernier avait tenté de mettre le feu à la maison. Mais ce répit fut malheureusement de courte durée pour les deux enfants, car leur mère ayant trouvé une place de domestique chez un lord anglais, leur père les réclama pour les mettre au travail, et à 10 ans Alphonsine mendiait déjà dans la rue... Cependant  celle-ci découvrit bientôt avec le temps qu'il y avait d'autres façons pour une jolie fille de gagner de l'argent et elle en fit bon usage...
       Transformant son nom en Marie Duplessis, elle devint très vite célèbre recevant entre autres dans son salon Balzac, Musset, Gautier dans un tourbillon de fêtes continuelles. Les étrangers en visite à Paris voulaient tous voir "La Duplessis" dont la phtisie (tuberculose pulmonaire) devint bientôt évidente:
        "Ses grands yeux aux cernes sombres brûlaient doucement sous ses paupières. Avec sa grâce voluptueuse elle ressemblait à une fleur qui a été piétinée dans un bal" écrivit l'un de ses admirateurs.

     

    Marguerite et Armand - L'histoire vraie d'Alphonsine Plessis

    Marie Duplessis (1847)

     

        Cependant, Marie Duplessis serait peut-être oubliée aujourd'hui si elle n'avait compté parmi ses amants Alexandre Dumas fils (1824-1895) qui s'inspira de leurs propres relations pour écrire en 1848 son roman La Dame aux Camélias:
        "La personne qui m'a servi de modèle pour l'héroïne de La Dame aux Camélias se nommait Alphonsine Plessis, dont elle avait composé le nom plus euphonique et plus relevé de Marie Duplessis. Elle était grande, très mince, noire de cheveux, rose et blanche de visage. Elle avait la tête petite, de longs yeux d'émail comme une Japonaise, mais vifs et fins, les lèvres du rouge des cerises, les plus belles dents du monde, on eut dit une figurine de Saxe.
        En 1841 lorsque je la vis pour la première fois elle s'épanouissait dans toute son opulence et sa beauté. Elle mourut en 1847, d'une maladie de poitrine à l'âge de 23 ans". 

        Marie Duplessis deviendra dans le roman Marguerite Gautier, à travers laquelle Alexandre Dumas fait un saisissant portrait de cette vie mondaine parisienne de l'époque et du caractère fragile et ephémère du monde des courtisanes, et le lecteur ne peut rester insensible face à la souffrance de cette dernière et de son amant, contraints de se ranger du côté de la norme:
        Amoureux de Marguerite, atteinte de tuberculose, Armand Duval devient son amant et obtient qu'elle renonce à sa vie de courtisane pour habiter avec lui à la campagne. Mais l'idylle est rompue par le père d'Armand qui, conscient du scandale craint que cela ne fasse rompre les fiançailles de sa plus jeune fille. En l'abscence d'Armand il convainct Marguerite de quitter son fils, et celle-ci s'exécutera sans révéler son sacrifice, laissant croire jusqu'à ses derniers moments au seul homme qu'elle ait jamais aimé qu'elle était partie avec un autre.

     

    Marguerite et Armand - L'histoire vraie d'Alphonsine Plessis

    Alexandre Dumas fils (1824-1895)

     

        "N'étant pas encore à l'âge où l'on invente je me contente de raconter" écrira Alexandre Dumas. "J'engage donc le lecteur à être convaincu de la réalité de cette histoire dont tous les personnages à l'exception de l'héroïne vivent encore. Je ne tire pas de ce récit la conclusion que toutes les filles comme Marguerite sont capables de faire ce qu'elle a fait. Loin de là, mais j'ai connaissance que l'une d'elles avait éprouvé dans sa vie un amour sérieux, qu'elle en avait souffert, et qu'elle était morte. J'ai raconté au lecteur ce que j'avais appris. C'était un devoir".
        Du roman naitra une pièce de théâtre, adaptée par Dumas lui-même, et le hasard voudra que le soir de la Première, le 2 Février 1852, après l'interdiction du ministre de l'Intérieur Léon Faucher qui l'estimait trop immorale, il y eut un compositeur dans la salle du Vaudeville... Giuseppe Verdi (1813-1901) est en effet de retour à Paris... et marqué par certaines similitudes entre sa propre vie et l'histoire contée sur scène va aborder dans sa Traviata des rives jusqu'alors inconnues dans l'opéra italien, écrivant l'une des pages des plus poignantes de toute la littérature lyrique et l'une des oeuvres les plus jouées dans le monde entier dans laquelle le compositeur renommera cette fois les héros Violetta Valéry et Alfredo Germont.
        "Celui dont les yeux restent secs devant cela n'a pas un coeur humain dans la poitrine" écrira un critique à l'issue de la Première à la Fenice de Venise le 6 Mars 1853. 

     

    Marguerite et Armand - L'histoire vraie d'Alphonsine Plessis

     

        Sans doute parce qu'à cette époque le monde de la danse se passionne davantage pour le monde des créatures surnaturelles (La Sylphide-1832, Giselle-1841, La Péri-1843 etc...) il faudra attendre le XXème siècle pour découvrir cette histoire sous forme de ballet. Et la version restée la plus célèbre est sans conteste celle créée en 1963 par Frederick Ashton pour sa muse Margot Fonteyn et son légendaire partenaire Rudolf Noureev.
        Alors qu'il avait assisté en 1961 à une représentation de La Dame aux Camélias interprétée par Vivian Leigh, le chorégraphe avait formé le projet de transposer la pièce en un ballet, mais celui-ci ne prit forme qu'en Avril 1962 alors qu'un soir écoutant la radio il entendit la Sonate pour piano en Si mineur de Franz Liszt...
        "Immédiatement j'y entrevis la totalité de l'oeuvre" dira-t-il plus tard, un choix musical dont il sera doublement convaincu lorsqu'il apprit qu'avant sa mort Marie Duplessis avait eu une liaison amoureuse avec Franz Liszt (1811-1886) qui ne put, parait-il, jamais songer à elle sans verser une larme...

     

    Marguerite et Armand - L'histoire vraie d'Alphonsine Plessis

    Page de garde d'une édition de 1854 de la Sonate en Si mineur de Liszt.

     

        Pour Ashton, Rudolf Noureev était la réincarnation de Liszt, l'artiste fougueux et charmeur qui captive les foules et s'imposa naturellement comme partenaire de Margot Fonteyn qui de son côté souhaitait elle aussi créer avec lui le ballet.
        Malgré des premières répétitions difficiles dues aux absences des danseurs, l'extraordinaire entente du couple permit ensuite au chorégraphe de régler l'oeuvre en 15 jours, et après une répétition générale orageuse au cours de laquelle Noureev coupa les pans de son habit qui le gênaient, la Première qui se déroula le 12 Mars 1963 à Covent Garden en présence de la Reine Mère et de la princesse Margaret, fut un immense succès et valut aux artistes 21 rappels...

        Sur un décor très dépouillé de Cecil Beaton ne comportant qu'un seul élément omniprésent: le lit sur lequel Marguerite Gautier agonise et revit sa relation tumultueuse avec Armand, le ballet qui utilise le procédé du flash back se divise en 5 scènes, en réalité 5 pas de deux:
        Prologue, La Rencontre, A la campagne, L'Insulte, La mort de la Dame aux Camélias.
        Car tous les seconds rôles sont quasi inexistants et l'intrigue se concentre uniquement sur l'amour de Marguerite et Armand et l'intervention de Mr. Duval (interprété par Michael Somes lors de la Première).

     

     

        Margot Fonteyn et Rudolf Noureev interprèteront le ballet plus d'une quarantaine de fois à Covent Garden, puis à la Scala de Milan, l'Opéra de Paris, en Amérique du Sud et aux Etats-Unis, avant de le danser pour la dernière fois à Londres en 1977.
        On a dit que Frederick Ashton avait interdit à tout autre interprète de danser Marguerite et Armand. D'autres danseuses furent cependant pressenties plus tard, mais toutes refusèrent, craigant la comparaison et jugeant que le ballet ne devait son succès qu'à l'exceptionnelle personalité des créateurs pour lesquels il avait été taillé sur mesure.

        C'est Sylvie Guillem, l'une des danseuses préférées de Rudolf Noureev qu'il nomma étoile à l'âge de 19 ans, qui à la demande d'Antony Dowel, directeur du Royal Ballet, acceptera en Mars 2000 de reprendre le rôle en compagnie de Nicolas Le Riche.
        Un défi relevé avec succès, car totalement différents de leurs prédécesseurs dont l'ombre ne vint aucunement ternir leur interprétation, Sylvie Guillem et Nicolas Le Riche furent tous deux excellents et interpréteront entre autres le ballet le 20 Janvier 2003 lors du prestigieux gala organisé au Palais Garnier à l'occasion des 10 ans de la disparition de Rudolf Noureev.




        Parmi les diverse adaptations de ce récit éminemment romantique diront les uns ou totalement kitch penseront les autres, figure Violetta, la mise en scène que Maurice Béjart donna en 1959 de La Traviata. Pierre Lacotte en 1977, puis John Neumeier l'année suivante créent leur propre version de La Dame aux Camélias et encore plus proche de nous c'est Jorge Lefèvre cette fois qui fait revivre à son tour l'histoire pour le Ballet Royal de Walonie...
        Plus d'un siècle et demi après sa naissance littéraire Marguerite Gautier aurait-elle enfin gagné ses lettres de danseuse?

     

     La Traviata -  Giuseppe Verdi    "Libiamo..." interprété par Placido Domingo et Teresa Strata. Extrait du film de Franco Zeffirelli (1982)

     

    Marie Duplessis décédée à Paris le 3 Février 1847, repose au cimetière de Montmartre.

     


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    tantine
    Dimanche 2 Octobre 2016 à 09:40

    un merveilleux opéra de verdi surtout le plus romantique

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :