• Cendrillon - Une pantoufle inusable...

     

    L'Art et la danse

    Delphine Moussin dans le rôle de Cendrillon



        "Un jour comme elle était au bain, un aigle enleva une de ses sandales des mains de sa suivante, et s'envola vers Memphis où il la laissa tomber dans les replis de la robe du roi qui rendait justice en plein air dans une des cours du palais. Emu par les proportions mignonnes de la chaussure et le merveilleux de l'aventure le souverain envoya aussitôt des agents par tout le pays à la recherche de la femme dont le pied pourrait chausser une telle sandale; ceux-ci finirent par la trouver dans la ville de Naucratis et l'amenèrent au roi qui l'épousa et qui, après sa mort, lui fit élever ce magnifique tombeau".

       L'héroïne de cette histoire se nomme Rhodopis (Yeux de rose) et le tombeau en question est la pyramide de Mykerinos (l'une des trois célèbres pyramides du site de Giseh), qu'une légende contée par le grec Strabon (58av.JC-25) attribuait effectivement comme dernière demeure à cette courtisane aux beaux yeux... Retranscrite au IIIème siècle par Elien (175-235), cette fable représente certainement la plus ancienne version connue de Cendrillon dont plus de 500 interprétations différentes apparaitront par la suite au cours des siècles, en Asie, en Amérique (la légende d'Oochigeas a été popularisée par la chanson de Roch Voisine), et en Europe où l'on découvre dans le premier recueil de contes de fées, Le Pentamerone (1634-36) de Giambatista Basile, les aventures de La Gatta Cenerentola, La Chatte des Cendres.

     

     

         Il semble que ce soit la fiction italienne qui ait inspiré Charles Perrault (1628-1703) lorsqu'il écrivit en 1697 Cendrillon ou la petite pantoufle de verre, repris en 1812 par les frères Grimm, fixant définitivement cette fois le conte dans l'imaginaire collectif sous la forme qu'on lui connait.
        En rédigeant son célèbre récit, l'auteur se doutait-il qu'il serait aussi largement repris à la scène?

        Depuis maintenant plus de deux siècles Cendrillon chante, danse et vit sous nos yeux, et l'histoire de la pauvre jeune fille à qui une belle mère et deux soeurs rendent la vie impossible, mais qui épouse finalement un beau prince grâce à l'intervention d'une bonne fée, est omniprésente dans le monde du spectacle, qu'il s'agisse d'opéra, ballet, cinéma, dessin animé ou comédie musicale...

        C'est en 1803 qu'elle fait, en Angleterre, sa première apparition au théâtre, mais il ne s'agit à l'époque que d'un simple divertissement, et le premier véritable ballet sur le thème ne sera produit que dix ans plus tard à Vienne. Il sera suivi à Londres en 1822 par une nouvelle chorégraphie élaborée sur une partition du catalan Fernando Sor, tandis que Paris découvre à cette époque l'héroïne de Perrault avec l'opéra de Rossini (1792-1868), La Cenerentola, inspiré de l'oeuvre de Nicolo Isouard (1773-1818), un compositeur français oublié aujourd'hui dont le Cendrillon avait remporté en son temps un succès considérable qu'égalera en 1899 celui de Jules Massenet (1842-1912). 

        Cet univers magique de fées et de princes, ne pouvait qu'inspirer le maitre du ballet à grand spectacle, Marius Petipa (1818-1910), qui monta le ballet à Saint Petersbourg le 17 Décembre 1893 sur une musique du baron Boris Vietinghoff-Schell, et un livret de Lydia Pashkova et Ivan Vsevolojski. Chorégraphié par Enrico Cecchetti (Acte I et III) et Lev Ivanov (Acte II), ce Cendrillon a marqué les mémoires avec les débuts au Marinski de Pierina Legnani qui, ce soir là, selon les dires de la critique:
         "a tout balayé devant elle"...


    L'Art et la danse

    Pierina Legnani (1868-1930) dans le rôle de Cendrillon


        Legnani fit un triomphe en exécutant pour la toute première fois ses célèbres 32 fouettés, et Skalkovsky relate ainsi la soirée dans La Gazette de Saint-Petersbourg:
        "Au cours du dernier acte, Legnani s'est positivement surpassée. Lorsque Emma Bessona a dansé le rôle principal de La Tulipe de Harlem, elle a exécuté 14 fouettés. Dans sa variation Legnani en a exécuté 32 sans s'arrêter et sans dévier d'un pouce. Le public aux anges, ovationna la ballerine et lui enjoignit de répéter sa variation: Legnani en ré-interpréta 28..." (Un exploit qu'elle réitérera dans Le Lac des Cygnes, y imprimant cette fois son sceau de manière indélébile)
        Le succès de la production fut considérable, et la scène du bal au château à l'Acte II interprétée par les solistes et le corps de ballet dans le plus pur style du XIXème siècle et la tradition Petipa, restera longtemps dans les annales (L'Acte II sera d'ailleurs repris par Lev Ivanov pour les adieux de Pierina Legnani au Marinski le 5 Février 1900).

     

    L'Art et la danse

    Illustration de Gustave Doré dans l'édition de 1867 intitulée Les Contes de Perrault.
            "On n'entendait qu'un bruit confus: Ah, qu'elle est belle!" 


        Le Cendrillon de Marius Petipa aura cependant un destin moins prestigieux que celui de ses frères, Casse Noisette ou autre Belle au Bois Dormant, et ne s'imposa pas comme référence pour les chorégraphes à venir. Quand à la version que Mikhaïl Fokine présenta à Covent Garden le 19 Juillet 1938 avec Les Ballets Russes de Monte Carlo celle-ci ne fit guère mieux. Sur une musique de Frédéric d'Erlanger, le chorégraphe en avance sur Walt Disney s'y était amusé à introduire un rôle pour le chat de Cendrillon (Tatiana Riabouchinska), et son fils Vitale décrit ainsi la création de son père:

        "Le ballet était beau par son cadre naïf, son inventivité chorégraphique et son interprétation excellente. Destiné au jeune public, il ne portait aucun message profond, et n'introduisait aucune forme nouvelle de danse. Et l'interprétation des deux méchantes soeurs par des hommes avec un maquillage excessif ajoutait un véritable élément de comédie".
                                         (Fokine: Mémoires d'un Maitre de Ballet)

         Monté pour la dernière fois pendant une tournée aux Etats Unis en 1940-41, le ballet disparut malgré tout comme ses prédécesseurs, sans avoir donné à Cendrillon ses lettres de noblesse... 

     

    L'Art et la danse

    Tatiana Riabouchinska dans le rôle de Cendrillon


        Lorsqu'à la demande de Galina Oulanova qui venait de triompher dans Roméo et Juliette, Prokofiev commence en 1941 l'écriture de Cendrillon, le compositeur va enfin après toutes ces années combler cette lacune, et offrir au monde du ballet la partition de référence... (la liste des nombreuses versions de Cendrillon deviendrait fastidieuse, mais on peut toutefois mentionner que Johann Strauss, Weber et Rossini furent mis à contribution pour l'occasion par les chorégraphes)
        Ayant interrompu son travail pour composer son opéra Guerre et Paix, Prokofiev ne termine son ballet qu'en 1944; il a, à cette époque, regagné la Russie, et toute la nostalgie qu'il éprouve alors pour l'Occident se retrouve dans cette musique mélodique dont les accents n'ont rien de très slave bien qu'il n'en dédie pas moins cependant son oeuvre à Tchaïkovski et la présenta ainsi:

        "Je le conçois comme un ballet classique avec des variations, des adagios, des pas de deux... Je vois Cendrillon non seulement comme un personnage de conte de fées, mais également comme un personnage en chair et en os qui vit parmi nous et nous émeut... Ce que j'ai voulu exprimer par ma musique c'est l'amour poétique de Cendrillon et du Prince, la naissance et l'éclosion de cet amour, les obstacles dressés sur son chemin, et finalement l'accomplissement d'un rêve... et j'ai essayé de peindre les différents personnages de telle manière que les spectateurs ne puissent pas ne pas partager leurs joies et leurs peines".

         Si la chorégraphie de Rotislav Zakharov, présentée pour la première fois au théâtre Bolchoï le 21 Novembre 1945, avec Olga Lepechinskaïa dans le rôle titre, n'a pas davantage survécu que les précédentes, la partition de Sergueï Prokofiev s'imposera, elle, dorénavant aux chorégraphes qui vont interpréter cette fois le conte à leur manière, revisitant la fable à travers la musique sous des éclairages nouveaux.

     

    L'Art et la danse

    Sergueï Prokofiev (1891-1953)

     

        Le premier à faire mondialement connaitre la partition de Prokofiev fut Frederic Ashton (1904-1988), dont le ballet présente sa propre vision du monde de Petipa, dans lequel une danseuse de demi-caractère rêve de devenir une ballerine. Créé le 23 Décembre 1948 à Covent Garden, avec Moira Shearer (Margot Fonteyn s'était blessée) Cinderella, est inscrit au répertoire de plusieurs compagnies et demeure encore aujourd'hui la version du ballet la plus célèbre et la plus jouée (Considéré aujourd'hui en Angleterre comme l'un des grands classiques du ballet au même titre que Le Lac des Cygnes ou Casse Noisette, Cinderella y fait partie des spectacles incontournables de Noël).

     

    Alina Cojocaru    Cendrillon Acte II   (Prokofiev- Ashton)


        On sait depuis longtemps que les contes de fées ne sont pas aussi innocents qu'ils peuvent le paraitre, en témoignent les relectures personnelles et parfois inattendues auxquelles Cendrillon n'a pas échappé.
         En 1963, Paris découvre une nouvelle adaptation du ballet de Prokofiev chorégraphiée par Vaslav Orlikowski, à laquelle participait Géraldine Chaplin, ballerine avant d'être actrice, dont le célèbre père sera évoqué dans la version que Noureev crée à Paris en 1986, car le chorégraphe s'est amusé à transposer l'histoire dans l'univers hollywoodien des années 1930:

        Découverte par un producteur de cinéma, une modeste jeune fille échappant à un père alcoolique et à une marâtre odieuse fait ses débuts à l'écran et accroche au passage le coeur du jeune premier.
        Tout en adaptant le récit, la création de Noureev l'enrichit des résonances freudiennes chères au chorégraphe, et on y retrouve l'habituel désir de s'évader de la dure réalité, le rêve initiatique, le réel qui rejoint l'imaginaire, et enfin l'art comme accomplissement du rêve devenu réalité.

        "Le ballet Cendrillon est devenu un rêve de cinéma. Un rêve de robe blanche, teintée d'un peu de rose pour rendre hommage à l'innocence, légèrement argentée aussi parce que Cendrillon est un personnage d'aujourd'hui, elle ne rêve que d'une chose: devenir star. Dans ma version de Cendrillon la fée s'est alors métamorphosée en producteur de cinéma, seul personnage de la mythologie moderne capable par la magie de son art de transformer une citrouille en carrosserie de voiture"  
                                                                   (Rudolf Nureev 1986)

     

    Sylvie Guillem  Cendrillon Acte I   (Prokofiev-Nureev)

     (Le Cendrillon de Rudolf Noureev fut créé à l'Opéra de Paris le 25 Octobre 1986 avec Sylvie Guillem et Charles Jude dans les premiers rôles, et Monique Loudières et Isabelle Guérin dans ceux des soeurs. Inscrit au répertoire de l'Opéra de Paris, il est entré ensuite à ceux de l'Opéra de Naples et de la Scala de Milan)

        Un an avant Noureev, Maguy Marin avait donné à Lyon une autre Cendrillon, nettement plus insolite que celles de ses devanciers dans laquelle elle déplace l'histoire dans un monde de poupées de chiffon où les danseurs masqués, à la gestuelle maladroite et saccadée, évoluent dans le décor d'une maison de poupée:
        Un triomphe, qui a fait le tour du monde (le ballet a même été donné sur la scène du Bolchoï à Moscou) et lancé la carrière internationale du Ballet de l'Opéra de Lyon, portant haut la réputation de la danse contemporaine française.

     

    Cendrillon Acte II   Opéra de Lyon  (Prokofiev- Maguy Marin)

     

        Parmi les versions les plus récentes il faut encore citer celle que Jean Christophe Maillot créa pour l'Opéra de Monte Carlo le 3 Avril 1999 où dans un décor de livre d'images il combine humour et poésie, et donne cette fois aux personnages du conte une dimension humaine inhabituelle tout en y incorporant la notion de l'au-de-là:
        C'est en effet guidée par le souvenir de sa mère que Cendrillon, à la recherche de reconnaissance et d'amour, fait son chemin parmi une cour impitoyable et ridicule, et le ballet, à la lisière du contemporain, nous propose une relecture déroutante qui met en avant la symbolique du conte plus que l'histoire à proprement parler.

     

    Cendrillon  Ballets de Monte Carlo  (Prokofiev- Jean-Christophe Maillot)

     

        A l'heure actuelle, l'héroïne de Perrault a déjà bien entamé sa carrière dans le XXI ème siècle avec, entre autres, la comédie musicale de Luc Plamodon: Cindy- Cendrillon 2002.
        Mais un nouveau ballet verra-t-il, lui, le jour? Serait-il la version de trop de ce conte qui reste parmi les plus lus ?... Pas si sûr...
        Car, histoire universelle du Bien et du Mal qui démontre qu'avec un peu de chance tout est possible, Cendrillon, la lointaine descendante de Rhodopis, n'a certainement pas encore fini de nous en conter...

     

     

    Pantoufle "en verre" ou "en vair"?
        L'édition de 1697 du conte de Perrault mentionne sans ambiguité une "pantoufle de verre". Le verre est à cette époque un matériau précieux et l'on retrouve des pantoufles de verre ou de cristal dans les contes catalans, écossais ou irlandais.
        Ce sont deux représentants de la gent masculine, Honoré de Balzac et Emile Littré, qui estimant la chose totalement "déraisonnable" voulurent corriger cette graphie en "vair" (fourrure d'écureuil petit-gris), d'où la querelle qui s'est installée depuis...
        On imagine pourtant très mal une princesse aller au bal en charentaises...                                                             Quoi que...

     

    L'Art et la danse

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :