• Alfred Edward Chalon (1780-1860)- L' Aquarelliste de la Reine

     

    L'Art et la danse

    Le Grand Pas de Quatre   

     Carlotta Grisi (1819-1907) à gauche, Marie Taglioni (1804-1864) au centre, Lucille Grahn (1819-1907) au fond à droite, et Fanny Cerrito (1817-1819) devant à droite (Gravure de Thomas Herbert Maguire, d'après une aquarelle d'Alfred Edward Chalon)
         

     

     

         Alfred Edward Chalon, l'auteur de l'une des plus célèbres gravures de l'histoire du ballet, naquit à Genève le 15 Février 1780, dans une famille de protestants français réfugiés en Suisse après la révocation de l'Edit de Nantes (1685).
        Son père ayant été engagé comme professeur au Royal Military College de High Wycombe (l'ancêtre de l'Académie Militaire de Sandhurst, le Saint-Cyr anglais), ils iront s'y installer en 1794, puis s'établissent ensuite à Londres dans le quartier de Kensington. Alfred et son ainé John montrent dès leur jeune âge des dispositions pour le dessin, mais leur entourage a pour eux d'autres ambitions, en l'occurrence une respectable carrière dans le commerce, et les deux garçons seront envoyés exercer leurs talents chez un comptable, où les malheureux durent aligner péniblement beaucoup de chiffres avant de pouvoir enfin se faire entendre et être finalement inscrits en 1797 aux cours de la Royal Academy of Art...


        Ils y excellent bientôt tous deux dans l'aquarelle, un genre qui est en train de prendre en Angleterre un véritable essor et auquel plusieurs artistes qui viennent de former, en 1804, la Société des Aquarellistes (The Society of Painters in Water Colours), souhaitent donner une autre dimension en organisant leurs propres expositions afin de pouvoir faire apprécier la qualité de leurs travaux sans le voisinage des peinture à l'huile.
        D'autres groupes les imitent bientôt et John et Alfred Chalon rejoignent les Aquarellistes Associés (Associated Artists in Water Colours), où en 1808 le cadet fera sa première exposition.

       Les deux frères créent cette même année la Société d'Etude de Dessin Epique et Pastoral (The Society for the Study of Epic and Pastoral Design) qui, formée de huit membres permanents, se réunissait tous les Mercredi, de Novembre à Mai. Un ou deux invités étaient conviés à ces soirées auxquelles assistèrent Turner et Constable et où chacun était tenu d'exécuter un dessin sur un sujet imposé, au départ des paysages, et par la suite des thèmes tirés de la littérature classique ou de la Bible.

        La réunion se terminant par une collation de pain et de fromage (arrosés de bière...) la société fut appelée un temps Bread and Cheese Society, puis plus simplement Chalon Sketching Society, et finalement The Sketching Society qui perdura pendant 40 ans.

        Très vite reconnu pour l'élégance de son style influencé par les peintres du XVIIIème siècle, ainsi que par son talent à peindre des petits portraits à l'aquarelle qui dans tous les cas flattaient le modèle, Alfred-Edward Chalon vit ses travaux largement prisés par la haute société.

     

    L'Art et la danse

    Marguerite, Comtesse de Blessington


        Sa renommée qui s'étendit très vite auprès des dames de la Cour attira l'attention de la toute jeune reine Victoria qui, a l'occasion de sa première apparition en public accompagnée de son premier acte officiel (son discours à la Chambre des Lords pour la prorogation du Parlement le 17 Juillet 1837) demanda au peintre de réaliser un portrait souvenir qu'elle souhaitait offrir à sa mère la duchesse de Kent. 

     

    L'Art et la danse

     

        Ce tableau, sur lequel elle porte le diadème d'apparat de George IV et dont il fut tiré des gravures distribuées à la foule à l'occasion de son couronnement le 28 Juin 1838, reçut plus tard le nom de Portrait du Couronnement, et l'oeuvre de Chalon sera ensuite portée aux quatre coins de l'empire lorsque l'effigie de la reine apparut sur les timbres poste des colonies britanniques de l'époque.

     

    L'Art et la danse

     

        Premier peintre pour lequel avait posé la souveraine, Alfred-Edward Chalon fut bientôt nommé Aquarelliste de la Reine  (Portrait Painter in Water Colours to Her Majesty) et son prestige ne cessa de s'accroitre. Il eut pour modèle, outre Victoria elle même et la duchesse de Kent, beaucoup d'autres membres de la famille royale, mais avant tout et surtout la plupart des célébrités du moment.
        Amis de la comtesse de Blessington, Benjamin Disraëli etc... les frères Chalon et leur soeur fréquentaient assidument les milieux mondains de la capitale, et Alfred-Edward qui avait une passion pour le théâtre, l'opéra et le ballet consacra une grande partie de son oeuvre à ces artistes dont les nombreux portraits qu'il réalisa avec son habileté à traduire les contrastes de la soie, du velours et de la fourrure, offrent une découverte tout à fait passionante des costumes de théâtre du début du XXème siècle.

        Au nombre des acteurs célèbres qui posèrent pour lui figure le spécialiste des rôles de Shakespeare Charles Kemble,

     

    L'Art et la danse

    Charles Kemble (Cassio)  dans Othello de Shakespeare

     

    ainsi que l'actrice et chanteuse Lucia Vestris, qui fut un temps l'épouse du danseur Auguste Vestris,

     

    L'Art et la danse

    Lucia Elizabeth Vestris (Lucy Morton)  dans Court Favours

     

    et l'on retrouve également une cantatrice portant un nom illustre du monde de la danse: Giulia Grisi, la cousine de Carlotta.

     

    L'Art et la danse

    Giulia Grisi et Luigi Lablache dans Les Puritains de Bellini

     

        Témoignage précieux de ce milieu du spectacle, c'est en grande partie grâce à l'oeuvre d'Alfred Edward Chalon que nous connaissons aujourd'hui le ballet romantique, car le peintre compta parmi ses modèles toutes les étoiles dont il donna d'innombrables représentations non seulement dans le célébrissime Pas de Quatre de Jules Perrot où apparaissent Lucile Grahn , Carlotta Grisi, Fanny Cerrito  et Marie Taglioni, mais dans des compositions moins connues comme Les Trois Grâces.

     

    L'Art et la danse

    Les Trois Grâces

    De gauche à droite: Marie Taglioni (1804-1864) dans La Sylphide (1832), Fanny Elssler (1810-1884) dans la "Cachucha" du Diable Boiteux (1836), et Carlotta Grisi (1819-1899) dans La Jolie fille de Gand (1842)  


            Alfred Chalon représenta également la danseuse française Pauline Duvernay, 

     

    L'Art et la danse

    Pauline Duvernay

     

    mais, son interprète favorite resta sans aucun doute Marie Taglioni à qui il consacra la majorité de ses aquarelles, et pour laquelle il conçut, à l'occasion de ses adieux dans La Sylphide en 1845, un album de lithographies publié à Londres et à Paris, La Sylphide - Souvenir d'Adieu. (Il faut noter à ce sujet qu'Alfred Chalon n'exécuta que très rarement lui même le travail de gravure et confiait cette tâche à Richard James Lane, John Templeton et Thomas Maguire)

     

    L'Art et la danse


        A travers ces images s'est constituée au fil des ans une vision très stéréotypée de la ballerine, le buste très souvent légèrement penché en avant, avec un ou deux bras croisés devant elle.

     

    L'Art et la danse

     

        Le succès de ce genre de poses les fit imiter par la suite par d'autres danseuses, et alors que la véritable intention du chorégraphe Filippe Taglioni était en fait de minimiser un défaut physique de sa fille dont la longueur des bras était particulièrement disproportionnée, ces attitudes particulières devinrent un cliché du ballet romantique.

     

    L'Art et la danse

     

         L'amour de la danse aménera Alfred Edward Chalon à se costumer en ballerine un soir de bal masqué scandalisant outrageusement par ses bras nus une certaine madame Newton...
        Dans une lettre du 12 Mai 1833 celle-ci raconte ses impressions sur ses voisins de Great Marlborough Street:
        "La famille Chalon se compose de Mr. Chalon, un très vieux gentleman français, et ses trois enfants Alfred, John et Mademoiselle Chalon. Ils sont entièrement dévoués les uns aux autres et ce sont les personnes les plus gaies que j'ai jamais vues. Nous les entendons bavarder en français lorsqu'ils sont sur leur terrasse où ils roulent un grand fauteuil pour le gentleman, et alors quels éclats de rire! 
        Je pense que Mr. Chalon doit être un vieux monsieur très "drôle" comme il me l'a dit lui même dans sa langue maternelle, (il s'est adressé à moi dans un très mauvais anglais lorsque je suis allée lui rendre visite), car ils semblent tous beaucoup rire de ses propos.
        Mademoiselle Chalon est charmante et très intelligente. Elle est presque aussi grande que son frère Alfred qui est un homme corpulent avec des cheveux tirant sur le roux. John est plus petit et trappu, ce sont des peintres professionnels.(John opta finalement pour la peinture à l'huile)
        L'autre soir ils sont allés à un bal masqué. Mademoiselle Chalon était habillée en paysanne suisse, John en paysan espagnol, et Alfred en ballerine...
        Avec son décolleté, ses jupons en dentelle, ses bas de soie blancs, ses chaussons de satin et sa petite coiffure de plumes, ils le trouvaient tous très drôle... Mais j'ai trouvé que ce gros homme avec sa barbe rousse rasée et ses bras nus était terriblement choquant... Néanmoins il était joliment bien travesti...
     

        Une idée qui depuis a fait son chemin pour notre plus grand plaisir...

     

    Le Lac des Cygnes  Acte II   Version Ballets Trockadero...

     

        Lorsqu'apparurent les premiers daguérotypes, la reine Victoria demanda un jour à son aquarelliste si la photo ne risquait pas de faire disparaitre à la longue sa profession. Celui-ci très conscient de son art à embellir ses modèles, lui répondit alors dans son franglais habituel:

        " Ah, non madame, photographie can't flatter!"

       
        Les oeuvres d'Alfred Edward Chalon sont exposées pour la plupart dans les grands musées londoniens, Victoria & Albert, British Museum et National Portrait Gallery, ainsi que dans des collections privées (y compris celle de la reine Elizabeth II), et les nombreuses gravures qu'il consacra à la danse représentent aujourd'hui une documentation unique pour les chorégraphes (Pierre Lacotte lorsqu'il remonta La Sylphide en 1971 ou encore Anton Dolin qui en 1941 reconstruisit le Grand Pas de Quatre ne manquèrent pas de s'en inspirer).

     

    L'Art et la danse

     

       Elu R.A.(Royal Academician, l'un des 80 membres qui gouvernent la Royal Academy of Arts), le portraitiste de Marie Taglioni resté célibataire finit ses jours avec son frère, célibataire lui aussi, dans leur maison du quartier de Kensington où il s'éteignit discrètement le 3 Octobre 1860, sans avoir davantage, par ses tenues, perturbé le voisinage...

           (Réunis jusqu'au bout Alfred et John Chalon reposent ensemble au cimetière de Highgate, près des parents de Charles Dickens, Karl Marx et Faraday)

     

    Le Grand Pas de Quatre (Première partie) 


    Interprété par Lyudmila Kovaleva (Lucille Grahan), Gabriela Komleva (Carlotta Grisi), Yelena Yevteyeva (Fanny Cerrito), Lyubov Galinskaya (Marie Taglioni).
    Musique de Cesare Pugni    Chorégraphie de Jules Perrot, reconstruite par Anton Dolin 

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :